Les Tours Jumelles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les Tours Jumelles

Message  Gourou le Mar 6 Sep - 6:51

11 Septembre : les théories du complot sans fondement scientifique
Par Jérôme Quirant | Enseignant-chercheur en Génie Civil |
Rue89 28/08/2011


Avec le dixième anniversaire des attentats du 11 septembre 2001 les théories conspirationnistes vont refleurir. Pour asseoir leur crédibilité, les partisans de ces thèses alternatives – affirmant, par exemple, que les tours du World Trade Center auraient été piégées avec des explosifs – s'appuient sur un mensonge éhonté.

Ils prétendent en effet qu'il existerait un débat au sein de la communauté scientifique sur les causes réelles des effondrements. Qu'en est-il vraiment ?

Dix ans après les faits, une documentation scientifique impressionnante a été publiée sur le sujet : des rapports des
organismes américains en charge de l'enquête technique (Fema, Nist), mais aussi des dizaines de publications indépendantes dans les plus grandes revues scientifiques du domaine.

Ce sont près de 15 000 pages au total, rédigées par des centaines de spécialistes du calcul de bâtiments ou de l'expertise des accidents, ce qu'on appelle l'« ingénierie forensique ».

Les spécialistes d'accord sur les causes de l'effondrement

Ces avis circonstanciés, et indépendants, ont permis d'établir les causes les plus probables de ces effondrements. Les crashs ont certes affaibli la structure des tours,
mais c'est surtout la destruction totale ou partielle des protections incendies (actives ou passives) qui a accéléré et accentué les effets des feux sur les éléments porteurs, jusqu'à la catastrophe finale.

Ce phénomène est expliqué en détails sur le site Attentats du 11/9 : mythes et légendes et dans mon livre « La Farce enjôleuse du 11-Septembre ».

Non seulement aucune voix dans la communauté n'est venue contester les grandes lignes de ces conclusions, mais les résultats ainsi établis servent actuellement de modèles pour les nouveaux codes de calcul développés.

Lors du dernier congrès Structural Engineering World Congress (SEWC) réunissant les ingénieurs et les scientifiques qui font du calcul de structures, différentes sessions étaient consacrées aux immeubles de grande hauteur (IGH). Les études menées sur les tours du WTC y étaient citées comme des référence.Aucun scientifique ne s'est levé dans la salle de conférence pour les remettre en cause.

L'avis des scientifiques français tout aussi unanime

Un numéro spécial de la revue Science et pseudosciences, éditée par l'Association française pour l'information Scientifique (Afis), a donné la parole, en juin 2011, à ce qui se fait de mieux en France en termes de recherche scientifique dans le domaine du génie civil.

Des personnes responsables, dans les plus grands organismes
français, des services travaillant spécifiquement sur le calcul de structures en situation d'incendie, ont expliqué les conclusions des études sur les effondrements des tours du WTC. Ce sont par exemple Pierre Carlotti du CSTB, ou Joël Kruppa et Bin Zhao du CTICM.

Les responsables des associations françaises regroupant les scientifiques du génie civil (Denys Breysse de l » AUGC et Jean-Pierre Muzeau de l'APK) ont également donné leur avis. Leur conclusion est claire et unanime : les théories alternatives n'ont pas de fondement scientifique.

D'autres thématiques sont également traitées dans le dossier de l'Afis(mécanique, métallurgie, aéronautique, chimie des explosifs…), mais il reste néanmoins accessible à des non-spécialistes : un effort tout particulier a été porté sur la vulgarisation et la pédagogie.

Deux sociologues, Valery Rasplus et Gérald Bronner, y analysent aussi la genèse du mouvement conspirationniste sur le 11-Septembre et les
raisons de la propagation de ces rumeurs, malgré l'indigence scientifique des arguments avancés.

Une contestation virulente… par des experts autoproclamés

En dépit de ce consensus général, quelques obstinés, le plus souvent impliqués dans des mouvements politiques ou ésotériques, dénoncent ces conclusions. Bien qu'ils ne soient pas du tout spécialistes du domaine et qu'ils n'aient jamais rien publié dans des revues scientifiques de génie civil ni avant, ni après le 11-Septembre, ils se permettent de critiquer, accuser, juger.

Pour eux, les scientifiques du monde entier travaillant dans le domaine du calcul de structures seraient les complices du Grand Complot, camouflant une démolition contrôlée à l'explosif des tours du WTC.

Passons sur l'accusation infâmante. Ce qu'il faut surtout souligner, c'est la tromperie manifeste de ces contestataires concernant leur compétence réelle. Parmi eux, Richard Gage, un architecte américain leader du mouvement, a fait signer une pétition à 1 500 architectes et ingénieurs, affirmant que les enquêtes réalisées sont mensongères et devraient être reprises à zéro.

Or, aucun architecte ne fait le calcul de structure d'un immeuble de cette hauteur, ce n'est tout simplement pas dans ses compétences. Ce corps de métier représente néanmoins 500 signataires environ de la pétition, y compris… des architectes d'intérieur !

Sur les 1 000 pétitionnaires restants, la plupart n'ont aucune compétence en calcul de structure de bâtiment : ce sont des ingénieurs en mécanique auto ou avion, électronique, informatique, hydraulique…

Quant aux 50, grand maximum, qui semblent avoir un jour pratiqué le calcul de structure de bâtiments, on ne sait s'ils ont un jour dimensionné autre chose qu'un hangar agricole. Un chiffre à comparer aux dizaines de milliers qui travaillent dans des bureaux d'étude par le monde.

Une méconnaissance de la répartition des rôles

En outre, ces personnes jouent de manière cauteleuse sur la méconnaissance par le grand public du rôle dévolu à chaque intervenant dans le processus de construction.

Ainsi, les ingénieurs impliqués ont surtout pour rôle d'appliquer des règles permettant de s'assurer que le bâtiment ne s'effondre pas, dans le cadre d'un usage « normal » ou lors d'un accident « modéré ». Il n'a jamais été dans leur attribution, ni compétence, d'évaluer les limites des règles ou codes de calcul qu'ils appliquent (établis, eux, par les scientifiques), donc de la limite conduisant effectivement à la ruine de leur construction.

Cette pétition relève donc bien d'une magnifique escroquerie intellectuelle : les signataires ne possèdent tout simplement pas l'expertise pour apprécier, et encore moins remettre en cause, ce qui a été produit et validé par l'ensemble de la communauté scientifique.

Des débats qui n'ont rien de scientifique

Telle une litanie, chaque année à la date anniversaire des attentats, les partisans des thèses alternatives réclament des débats publics, exigeant même qu'ils soient filmés. Mais les débats scientifiques ne se font pas devant les caméras, mais bien dans des revues scientifiques, au travers de publications vérifiées et reconnues par les pairs.

Par ailleurs, on ne peut débattre avec des affabulateurs qui n'ont que leur rhétorique – incontestablement très bien huilée – à opposer aux arguments scientifiques.

Bien que des conférences soient encore organisées, même en 2010, pour remettre au goût du jour le géocentrisme, il n'y a pas de débats télévisés, par exemple, pour savoir si c'est la Terre qui tourne autour du Soleil ou l'inverse.

Bien qu'il s'en défende, le « 911 Truth Movement » relève de la même dialectique : remettre en cause des résultats scientifiques établis, en leur opposant de simples croyances. Il n'y a rien de scientifique dans cette démarche.

Gourou
Admin

Messages : 119
Date d'inscription : 09/07/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://religionconspiration.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Tours Jumelles

Message  Gourou le Mar 6 Sep - 6:52


Gourou
Admin

Messages : 119
Date d'inscription : 09/07/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://religionconspiration.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Q33NY (attentat)

Message  Gourou le Mar 6 Sep - 7:32


Le vol Q33NY du 11 septembre sur New-York contenait dans son nom un message codé en caractères « Wingdings ».

Après les attentats du 11 septembre contre le World Trade Center, des milliers d'internautes ont découvert avec surprise et horreur ce message. Le numéro de vol de l'un des avions, « Q33NY », fait apparaître les symboles ci-dessus une fois transformé en police Wingdings.

Le message est clair : un avion s'élance sur 2 immeubles alors que la mort est promise aux juifs. Explicite... mais peut-être un peu trop simpliste.

En effet, aucun des avions impliqués dans les attentats terroristes ne pouvait se voir attribuer un tel numéro de vol. Ces numéros correspondent au nom de la compagnie aérienne suivi du code horaire du vol. Ainsi, ce 11 septembre, les quatre avions de American Airlines et de United Airlines détournés portaient les numéros AA 77 (Pentagone), AA 11 (Tour Nord du WTC), UA 175 (Tour Sud), UA 93 (Pennsylvanie).

Le code Q33NY n'est qu'une pure invention permettant à des esprits visiblement sadiques d'utiliser les caractères graphiques de Wingdings pour lancer la polémique. La véritable question est : Pourquoi ?

Dans l'intérêt général et par respect pour les personnes touchées dans ces attentats, Hoaxbuster recommande de ne pas retransmettre ce hoax et de la supprimer immédiatement dès réception.

Article par Guillaume - HoaxBuster.com

Gourou
Admin

Messages : 119
Date d'inscription : 09/07/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://religionconspiration.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Les juifs prévenus des attaques ...

Message  Gourou le Mar 6 Sep - 7:37


Les juifs n'étaient pas prévenus : 300 à 500 d'entre eux sont morts dans les tours
Par Rue89 11 Septembre | CFJ |

Depuis l'effondrement des tours, de nombreux groupes antisémites diffusent de fausses informations concernant le 11 septembre. Huit ans après, elles sont toujours tenaces, notamment sur le web.

Le 12 septembre 2001, après l'effondrement des tours, le ministère des Affaires étrangères israélien diffuse une annonce demandant à ses ressortissants de contacter le consulat général d'Israël à New-York. La procédure vise à recenser les disparus.

Asas Salinger, chargé de communication au consulat israélien de New-York nous explique que l'ambassade a reçu plus de 4 000 appels ce jour-là :

« On a recensé 4 000 Israéliens susceptibles d'avoir été aux alentours du World Trade Center, parce que les familles des Israéliens résidant à New-York ou en vacances ont téléphoné. Evidemment, ils sont beaucoup plus nombreux, mais nous n'avons pris en compte que ceux qui, pour entrer aux Etats-Unis, ont utilisé leur passeport israélien. »

Bidon, le chiffre de 4 000 juifs épargnés est repris un peu partout

Ce chiffre est alors repris et transformé par plusieurs médias pour étayer leur thèse du complot : « 4 000 juifs ne sont pas allés travaillé au WTC le 11 septembre. » Cette fausse information, d'abord diffusée par le site Islamweb, basé au Qatar, puis reprise par la télévision libanaise Al-Manar, se répand un peu partout dans le monde.

Bien que ce chiffre de 4 000 personnes corresponde, on l'a vu, à une estimation du nombre de ressortissants israéliens présents ce jour-là à New-York, la rumeur gonfle. Asas Salinger souligne d'ailleurs l'absurdité de cette manipulation :

« Quelque 3 000 personnes ont péri dans les attentats. La capacité d'accueil des tours ne permet pas de croire que 4 000 personnes de plus auraient pu se trouver sur les lieux. »

Pendant que le Jérusalem Post compte les morts et les disparus israéliens, plusieurs groupes antisémites inondent le web et affirment qu'aucun juif n'est mort le 11 septembre.

Les différentes enquêtes réalisées par les médias américains et par le département d'Etat à partir des noms des victimes estiment entre 300 et 500 le nombre de juifs disparus dans les attentats du World Trade Center, toutes nationalités confondues.

Le gouvernement israélien déclare avoir perdu cinq ressortissants (détenteurs d'un passeport unique) : deux dans les tours, et trois à bord des avions.

10 à 15% des victimes du 11 septembre sont donc de confession juive. Un chiffre cohérent avec le nombre de juifs new-yorkais : 20% des 8 millions d'habitants de la ville.

Pas de devins chez Odigo, société de messagerie

En dépit de cette réalité arithmétique, les hypothèses les plus folles ont continué de se propager, brandissant même une « preuve ». A l'origine, un article du journaliste Yuval Dror, publié dans le quotidien israélien Haaretz le 3 avril 2004 :

« La société de messagerie Odigo a déclaré que deux de ses employés ont reçu des messages deux heures avant l'attaque des tours jumelles le 11 septembre. Ces messages annonçaient l'attentat. »

Pour la première fois depuis la parution de cet article, Yuval Dror a accepté de répondre à ce sujet. Il nous a d'abord expliqué « en avoir marre de voir son nom et son papier exploité de façon indigne par les antisémites ».

Publié en 2004 sur le site du quotidien israélien, l'article est « factuel » mais « anecdotique » aux yeux du journaliste. Yoval Dror juge qu'il ne constitue pas une preuve :

« C'est une petite histoire autour du 11 septembre. Des personnes, sous pseudos, ont envoyés des message très vagues sur le serveur interne de leur société. Le patron a affirmé alors que, d'après ces messages, on pouvait comprendre qu'une attaque se préparait. En réalité, ils ne contenaient aucune information précise, ni date, ni lieu. Le patron a probablement exagéré. »

Comme le font ceux qui affirment avoir eu un rêve prémonitoire la nuit précédant une catastrophe.

Salomé Kiner et Zineb Dryef

Gourou
Admin

Messages : 119
Date d'inscription : 09/07/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://religionconspiration.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Tours Jumelles

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum