Dossier Superstition

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dossier Superstition

Message  Newo le Ven 30 Sep - 19:59


"La superstition est naturelle à l'homme ;
je la crois même indestructible en un sens."
(Alain / 1868-1951)

Dossier complet
http://atheisme.free.fr/Contributions/Superstition1.htm

Introduction
Il fut une époque où j'étais marin à bord d'un pétrolier. Une nuit enveloppée d'un épais brouillard, nous étions au mouillage. J'étais de quart et devais donc me tenir à l'avant et sonner régulièrement la cloche pour avertir de notre présence, un éventuel chalutier.
Mon collègue avait la même tâche à l'arrière, frappant sur un gong.
Le treuil à vapeur émettait régulièrement des chuintements, et l'eau clapotait contre la coque. Les feux réglementaires par temps de brouillard perçaient à grande peine l'obscurité. L'humidité poisseuse et glaciale sur le visage, j'avais froid, j'en avais marre, et ne désirait qu'une chose que la relève se fasse. Enfin me rendre à l'arrière au mess, boire du thé chaud et fumé une cigarette. Ce désir tournait lentement à l'obsession. Soudain, j'entendis très distinctement les pas de celui qui assurait ma relève, marteler les planches du passavant.
Je me dirigeai vers ce qui me semblait être le collègue et lui criai "Ok. Je vais à l'arrière, le cabine boy a-t-il apporté la nourriture pour la nuit ?" Pas de réponse, et pour cause ! Il n'y avait personne. J'étais victime de mon imagination.

Je ne porterai aucun jugement, sur les gens que je mets en scène dans les pages suivantes, je n'en ai pas le droit.
Ils vivaient dans des lieux souvent isolés, face à des dangers qui n'étaient pas toujours imaginaires. Citons pour mémoire les "chauffeurs" qui attaquaient les fermes isolées. Je dénonce par contre ceux qui, grâce à des "trucs" souvent sophistiqués mènent en bateau des scientifiques, ou qui profitent de la douleur de ceux qui ont perdu des êtres chers. Ne parlons pas de ceux qui, exerçant leur "sacerdoce", tonnaient contre les superstitions en chaire de vérité, mais entretenaient, par leurs sermons, la peur indicible des diables et de l'enfer. Les histoires pieuses où les saints vivaient des histoires extraordinaires, tel ce berger décapité pour sa foi, courant un cent mètres, sa tête sous le bras, n'étaient pas étrangères à la peur des ténèbres.

Conclusion
Ni la haute technologie, ni la conquête spatiale qui nous permet de contempler les images de la planète Mars assis dans nos fauteuils, ni l'informatique, dont le P. C. et le G. S. M. qui, font partie de notre quotidien, n'ont fait disparaître ce qui nous fascine depuis la plus haute antiquité : l'irrationnel.
Si la science apporte des réponses à nos questions par l'entremise, entre autres, d'émissions t. v. fort bien faites, vite, vite, sortent des rotatives, des fascicules, brochures, livres qui enrobent les réponses des scientifiques d'un halo mystérieux qui sème le doute sur leurs réponses.
Aussi les voyantes, astrologues, mages et spirites font toujours recette. Les morts parlent, le diable se porte très bien, il remplace, pour un grand nombre, Jésus Super Star, et la Wyka est reconnue comme église. Pourquoi pas d'ailleurs ? Ceci, pour des esprits faibles peut représenter un danger.

Mais notre société, dans une nouvelle approche, démythifie la superstition : le phénomène de société, qui réduit le Tarot à un jeu pour dimanche après-midi pluvieux, de même, faire tourner une table se pratique dans les milieux estudiantins, si pas en famille.
Ainsi, ces pratiques se vulgarisent mais n'en perdent pas pour autant, leur impact sur le mental de l'individu.
Il y a aussi les dérapages meurtriers tels le Temple Solaire, ou Waco ; ceux-là sont bien visibles et nous interpellent par leur violence aveugle.
Mais que penser de ce fait divers qui eut lieu dans un établissement hospitalier, où des membres d'une congrégation religieuse ont pesé de tout leur poids sur une jeune maman qui venait d'accoucher pour refuser une transfusion sanguine. Les médecins sont passés outre au diktat. La mère et l'enfant se portent bien.

Georges Timmermans

Newo

Messages : 345
Date d'inscription : 13/07/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Le nombre 13

Message  Newo le Mar 4 Oct - 7:54

13


Parmi toutes les superstitions, le malaise suscité par le nombre 13 est celui qui touche le plus grand nombre aujourd'hui.
En France, par exemple, de nombreuses rues ne comportent pas de numéro 13. En Italie, la loterie nationale a supprimé le 13. Sur les vols nationaux et internationaux, de nombreux avions n'ont pas de treizième rang. Aux États-Unis, le quatorzième étage suit directement le douzième dans bon nombre de gratte-ciel et d'immeubles d'habitation.
Comment cette phobie du nombre 13, à laquelle les Anglo- Saxons ont même jugé utile de donner un nom, la triskaidekaphobia, est-elle apparue?
L'idée elle-même remonte au moins à la mythologie nordique de l'ère préchrétienne. A Walhalla, se tenait un banquet auquel 12 divinités avaient été conviées. Soudain, Loki, dieu de la guerre et du mal, fit irruption dans la salle, élevant à 13 le nombre des convives. On voulut alors le chasser, ce qui déclencha une violente dispute dans laquelle Balder, le dieu le plus aimé de tous, trouva la mort.
Il s'agit là de la plus ancienne référence écrite à la malédiction qui plane sur le nombre 13. Née en Scandinavie, la superstition s'étendit bientôt à toute l'Europe. A l'aube de l'ère chrétienne, elle était donc bien ancrée dans tout le bassin méditerranéen. Elle allait trouver un nouveau souffle avec le repas le plus célèbre de l'histoire de l'humanité, la Cène, où le Christ et ses apôtres étaient 13 autour d'une table. Moins de vingt-quatre heures après, Jésus était crucifié.
Une fois qu'une croyance se trouve bien ancrée dans les esprits, les gens s'efforcent, consciemment ou non, d'en apporter la preuve. En 1798, une publication anglaise, le Gentleman's Magazine, voulut confirmer la véracité de la légende de façon mathémaatique en révélant qu'en moyenne, lorsque 13 personnes se trouvaient réunies dans une pièce, l'une d'elles allait mourir dans l'année.

Vendredi 13 : pour expliquer la véritable terreur qu'inspire ce jour, les spécialistes se sont penchés sur les événements désastreux dont il fut, semble-t-il, le théâtre. D'après la tradition, ce fut un vendredi 13 qu'Ève tenta Adam avec la pomme, que l'arche de Noé fut lancée sur les flots, qu'une confusion de langues frappa la tour de Babel, que le temple de Salomon fut détruit et que le Christ mourut sur la croix.
Cependant, la véritable origine de la superstition semble également se situer dans une légende nordique. Vendredi était l'autre nom de Frigga, la déesse de l'amour et de la fertilité. Lorsque les tribus nordiques et germaniques se convertirent au christianisme, Frigga fut bannie, envoyée au sommet d'une montagne et considérée comme sorcière. On raconta alors que chaque vendredi, la déesse, pleine de rancune, convoquait 11 sorcières, plus le diable (ils se retrouvaient donc à 13), pour comploter de mauvais tours. Durant de nombreux siècles en Scandinavie, le vendredi fut connu comme le « Sabbat des sorcières ».

http://christophe.giordani.free.fr/

Newo

Messages : 345
Date d'inscription : 13/07/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum